Accueil
Fondamentaux
Contributions
Organisation
Lettres
Notes de lecture
ecologie solidaire
 
 
Contributions
 
Où Alain Lipietz va-t-il pêcher sa plaisanterie justifiant un vote positif du rapport de Pervenche Bérès ?
Les Verts/EE au parlement européen ont voté pour la résolution présentée par Pervenche Bérès intitulée : « Résolution du Parlement européen du 20 octobre 2010 sur la crise financière, économique et sociale : recommandations concernant les mesures et initiatives à prendre » et reprochent aux députés du Front de gauche dans une déclaration signée par Alain Lipietz (ancien député européen) et Djamila Sonzogni, porte-parole des Verts, d’avoir voté contre. Pour eux voter contre revient à avoir repoussé l’instauration d’une taxe de type Tobin et cela au nom d’un article concernant les retraites (art 77) qu’ils justifient.

Or cette résolution contient 224 points. Vu l’ampleur du champ traité (financier, économique et social), le moins que l’on puisse dire c’est qu’on y trouve un peu de tout y compris des préoccupations sociales. Évidemment pas de remise en cause du traité de Lisbonne, au contraire, et deux grands axes qui ressortent : l’ode constante à la croissance, y compris la croissance verte, et l’appel répété à des sanctions et à plus de contrôle par la commission européenne des budgets et des politiques économiques des pays de l’Union.

Rien que cela déjà justifie lorsqu’on se réclame de l’écologie, du rejet de la concurrence libre et non faussée et du rejet des politiques libérales menées à l’échelle de l’Union, de rejeter l’ensemble de ce rapport.

Quant à l’article 77 portant sur les retraites, l’argumentation d’A Lipietz est invraisemblable : tout fonctionnaire français aujourd’hui peut vivre retraité sans avoir à cotiser de plus à la Préfon qui est tout simplement une épargne par capitalisation [sa gestion financière est assurée par 4 assurances : CNP, AGF, AXA et GAN]. Mais Alain mélange visiblement la situation d’une minorité de fonctionnaires avec la grande masse qui n’a ni assurance vie ni Préfon. Ne parlons même pas des salariés du secteur privé . De plus, Alain tronque sa citation ce qui lui permet d’inventer que la résolution prévoit que /la pondération entre « les 3 piliers »évolue dans le sens de la « solidarité intergénérationnelle », / mais le plus simple est de lire l’intégralité du point 77 plus bas.

Alors un petit effort, camaradz Lipietz, pour lire en entier ce qui est proposé au vote !

Mais même si que ce que décrit Alain Lipietz était réel, on attend de militants politiques, non qu’ils se soumettent au système mais qu’ils prennent position. Mais surtout, aux dernières nouvelles les Verts n’étaient pas censés avoir pris position pour un système de retraite basé sur trois niveaux : régime de base, complémentaire (AGIRCC, ARCO) et fonds de pension.

On aurait pu penser que Les Verts/EE nous refaisait un coup similaire à celui qui les a amené à voter en faveur de la résolution sur Copenhague malgré l’ode au nucléaire, au nom du moindre mal. Mais cet article sur les retraites a été soumis à un vote séparé, et là tous les députés Verts/EE européens ont voté pour ! Ce que se garde bien de dire la déclaration interne signe Lipietz/Sonzogni. Donc quand les Verts siègent au Parlement Européen, ils sont pour des systèmes de retraite avec fonds de pension. Lorsqu’ils sont en France, ils sont contre ! Alors soit les députés européens Verts ne représentent pas les positions du parti Vert, mais il faut le dire, soit il y a de quoi se poser des questions sur la schizophrénie en cours !!!!

Alors oui, mille fois oui, les députés du Front de Gauche ont eu raison de voter contre.

Martine Billard

Pour celles et ceux qui veulent vérifier eux-mêmes, suivre le lien
www.europarl.europa.eu

Ci-dessous la déclaration d’Alain Lipietz et Djamila Sonzogni attaquant les députés de la GUE ainsi que quelques exemples des articles contenus dans cette résolution.

Documents joints
  • Communiqué de presse (Word - 17 ko)
  •  

    Réalisé avec Spip