Accueil
Fondamentaux
Contributions
Organisation
Lettres
Notes de lecture
ecologie solidaire
 
 
Lettres
 
Lettre n° 2 - Mars 2008
Edito
Après les élections municipales, voici l’heure du bilan. Une grande partie de cette lettre d’Ecologie solidaire est consacrée à l’analyse de quelques situations que nous trouvons significatives.

Plus généralement, à écouter les différents acteurs politiques, il n’y a que des vainqueurs. La droite, très culotée, explique que tout cela ne montre ni le désaveu de la politique menée depuis près d’un an ni la colère contre les engagements présidentiels non tenus (notamment sur le pouvoir d’achat). Mais la gauche, au sens large, pourrait faire preuve de plus de modestie. Une des premières leçons de ces élections c’est d’abord le fort taux d’abstention dans les quartiers populaires : Sarkozy n’est plus crédible, mais la gauche ne l’est pas devenue pour autant.

Pour le PS, majoritaire au niveau des régions, des départements et des villes de plus de 10 000 habitants, c’est une victoire indiscutable. Les autres forces de gauche (PC, Verts, LCR...) soulagées de s’en être sortis moins mal que prévu, s’empressent de retourner à la gestion de leurs petites boutiques (« Nouveau parti anticapitaliste », « rassemblement de tous les environnementalistes »...).

Pour l’Ecologie solidaire, si ces élections ne font pas émerger une méthode générale de reconstruction d’une alternative solidaire et écologique à gauche, elles sont porteuses de directions prometteuses que nous mettons en évidence dans ce numéro.


Ecologie solidaire
Un autre développement
Les évolutions internationales (mondialisation, hégémonie du capitalisme financier, « réveil » de la Chine et émergences de pays du Sud, restriction de circulation pour les peuples et multiplication des conflits armés...), la destruction des équilibres écologiques et ses conséquences (dérèglement climatique, réduction de la biodiversité...), la raréfaction des ressources naturelles non renouvelables et notamment du pétrole, l’aggravation des inégalités, menacent chaque jour un peu plus l’existence même des habitants de notre planète et renvoient avec acuité à l’inadaptation des politiques actuelles et à la nécessité de jeter les bases d’un autre modèle de production et de consommation.
Lire la suite...

Grève de la faim à Saint Nazaire
A Saint Nazaire, le dimanche 30 mars, trois travailleurs grecs en sont à leur 17e jour de grève de la faim dans un silence des médias (hors locaux) assez total.
Lire la suite...

SPECIAL ELECTIONS MUNICIPALES

Les Verts : un succès en trompe-l’oeil ?
Première remarque : nettement moins de listes autonomes qu’en 2001 et y compris des régions entières quasiment totalement en union par choix politique assumé : Pays de Loire, Aquitaine (sauf les villes de Bergerac et St Médard en Jalles en banlieue de Bordeaux), en Haute et Basse Normandie (sauf Ifs dans la banlieue de Caen) etc … Et ce ne n’est pas un hasard, ce sont les régions (Bretagne, Rhônes-Alpes, Nord Pas de Calais …) qui avaient fait le choix des listes autonomes aux régionales de 2004 qui voient le plus de listes autonomes à ces municipales. Dans ces conditions, il n’est pas difficile d’avoir plus d’élus qu’en 2001 (1500 au lieu de 1305). Mais l’expression autonome des Verts, elle a singulièrement disparu, un comble au moment où les urgences écologiques sont de plus en plus au coeur des débats publics.
Lire la suite...

Listes LCR et alternatifs
LCR : Un succès en trompe l’oeil
Dans ces élections la LCR présentait ou soutenait quelques 2OO listes dans toute la France, ce qui confirme un effort d’implantation nationale et aussi une certaine visibilité médiatique...
Gauche Alternative : une présence éclatée
Sous des étiquettes forts variées (Alternatifs, CUAl etc.), se présentant dans un petit nombre de villes (une cinquantaine), la Gauche alternative n’est pas apparu de manière visible...
Lire la suite...

Toujours pas de boussole
Les résultats de ces élections municipales ne bouleversent pas fondamentalement la donne politique de ces dernières années, aucun trait suffisamment saillant ou structurant pour les années à venir ne semble se dégager. Tachons néanmoins de tirer quelques enseignements provisoires...
Lire la suite...

Marseille : les leçons d’une défaite
A Marseille, une gauche « Ségoleniste », héritière du système clientéliste de Gaston Deferre, a échoué devant le dinosaure Gaudin (49 élus contre 51 plus 1 FN). La stratégie de Jean-Noël Guerini, président du Conseil général des Bouches-du-Rhône, a consisté à ratisser toute la gauche au 1er tour, en allant chercher les individus et sans proposer un projet politique : alors que Les Verts, le PC et même LO l’avaient rejoint, leurs logos ne figurent nulle part.
Lire la suite...

Les élections à Ifs
Ifs commune de 11 000 habitants, au Sud de l’agglo Caen, dirigée par le PS depuis 25 ans. En 2000, le groupe Vert (un tract par trimestre dans les boîtes aux lettres) a initié une association citoyenne, IDEES (Initiatives Démocratie Ecologie Et Solidarités)...
Lire la suite...

Vienne (Isère) : les Verts et la LCR, ça peut le faire !
Vienne, sous préfecture de l’Isère (30000 habitants), proche de Lyon, a longtemps été le fief de Louis MERMAZ. Grand classique du genre, le vieux chef a passé la main trop tard et dans les pires conditions à son premier adjoint en 2001...
Lire la suite...

Saint-Nazaire à gauche ! Oui, mais quelle gauche ?
A Saint-Nazaire, le maire sortant, Joël Batteux, PS, ex-MDC en rupture avec Chevènement se représentait pour un 5e mandat (il est maire depuis 25 ans) à la tête d’une liste "plurielle" PS-PC-Verts-UDB dans une ville assurément de gauche...
Lire la suite...
Documents joints
  •  

    Réalisé avec Spip - Gestion