Accueil
Fondamentaux
Contributions
Organisation
Lettres
Notes de lecture
ecologie solidaire
 
 
Contributions
 
Sarkozy : la tentation de la stratégie de la tension ?
Sarkozy ne supporte pas qu’on ose s’opposer à sa personne ou à sa politique et les institutions de la 5ème république recèlent hélas tous les moyens d’impositions nécessaires à un pouvoir de plus en plus personnel, de plus en plus autoritaire.

Toute sa politique a donc comme objectif de supprimer tout ce qui pourrait donner lieu à contre pouvoir. Cela passe donc par la mise au pas des médias par les pressions sur les rédactions, l’utilisation des liens personnels avec les propriétaires des médias pour promouvoir ou rétrograder des journalistes, suggérer ou au contraire empêcher des articles. Chaînes de télévision, radios, quotidiens, magazines se transforment en zélateurs assidus du pouvoir. La réforme de l’audiovisuel avec la nomination des présidents de télés et radios publiques ramène la France des décennies en arrière à l’époque de l’ORTF d’avant mai 68. Cela s’accompagne du refus de prendre en compte le temps de parole du président de la République dans le décompte des interventions politiques alors que le CSA s’est empressé de rappeler que le temps devait se répartir par tiers entre gouvernement, majorité et opposition. Sous couvert d’équité, c’est une supercherie puisque Sarkozy a le droit de s’exprimer sans limite.

Au même moment le parlement est de plus en plus réduit à un théâtre d’ombre où l’opposition aura de plus en plus de mal à faire entendre sa voix et à relayer les mobilisations sociales suite à la réforme de la constitution adoptée cet été grâce aux voix du PRG et de certains socialistes. Par leur faute, il ne sera plus possible à l’opposition de s’opposer aux pires dispositions et de défendre des contre-propositions amendements par amendements lorsque le gouvernement en décidera selon son bon vouloir.

Une fois les médias et le parlement bâillonnés, restait à mettre la justice au pas. Ce sera fait avec la suppression des juges d’instruction et ce alors qu’en France le parquet n’a aucune indépendance vis à vis du pouvoir. Finies les instructions dérangeantes pour fraude fiscale, électorale, pour empoisonnement par l’amiante ou la dioxine …Cerise sur le gâteau, le symbole est chargé de sens, le 11 janvier, il annonce la création d’un comité pour la création artistique dont il s’autoproclame le président.

Quant à celles et ceux qui osent s’exprimer, critiquer, manifester contre les politiques actuelles, la répression s’abat sur eux : explosion du nombre de garde à vue, criminalisation des mobilisations, et pour finir comme cela n’arrête rien, tentative de jouer le retour du terrorisme d’extrême-gauche sous diverses formes : affaire de Tarnac, pseudo-attentat dans un grand magasin, création de toute pièce d’une mouvance ultra radicale. Aussi voit-on réapparaître les incidents de fin de manifestations comme le 3 janvier par exemple pour protester contre l’intervention israélienne à Gaza. En pleine époque de fête de fin d’année, la manifestation parisienne est bizarrement autorisée à passer devant les grands magasins, ce qui est quasiment toujours refusé, et encore plus surprenant un camion de pompier et un de la sécurité civile sont prépositionnés justement au carrefour où éclateront les incidents. Le moindre rassemblement à côté de l’assemblée nationale donne lieu à un déploiement policier démesuré allant jusqu’au retrait des automobiles stationnées, à la fermeture des stations de métro ou à la fouille préventive des manifestants pour parfois… 150 personnes. Une conférence de presse pour dénoncer les panneaux publicitaires dans le métro se déroulent sous la surveillance de plusieurs cars de police. Et je pourrais continuer pendant des pages avec des exemples similaires rien que pour ces dernières semaines.
Poutine, Berlusconi, Sarkozy, même combat ?

Martine Billard
 

Réalisé avec Spip - Gestion