Accueil
Fondamentaux
Contributions
Organisation
Lettres
Notes de lecture
ecologie solidaire
 
 
Contributions
 
Des monnaies locales pour relocaliser l’économie et réduire les effets de la crise
L’objectif de réduction de l’empreinte écologique pour les circuits courts trouve dans la crise actuelle un soutien inattendu. La méfiance qui s’est instaurée pour quelques années entre acteurs financiers amène de plus en plus d’entreprises à rapatrier leur production (cf Les Echos du 24/04/09). D’autres facteurs pourraient jouer dans le même sens, en pénalisant la circulation des marchandises : la piraterie dans le Golfe d’Aden, la grippe mexicaine, la non qualité de certains produits chinois …

Il est par ailleurs des outils susceptibles de favoriser le développement local, expérimentés dans de nombreux pays souvent depuis longtemps : les monnaies locales. Citons pêle-mêle le WIR suisse qui finance des échanges entre 60 .000 PME helvétiques depuis 1934, équivalant en 2007 à 1,7 milliards de francs suisses, la Ithaca Hours aux Etats-Unis créée il y a environ quinze ans, la Régio allemande, la Fureai Kippu japonais et depuis plus de cinq ans, le Sol, inventé par Patrick Viveret et expérimenté dans cinq territoires français.

Après la fuite en avant vers l’intégration monétaire, la multiplication de ces systèmes locaux est pour une part un retour aux sources. Les monnaies locales ont de tout temps cohabité avec des monnaies plus globales. C’est aussi de retour du sens : que signifie notre rapport à l’argent ? à quoi doit servir l’argent : à thésauriser ? à échanger ? à s’enrichir ?...

L’intérêt est que comme les Smiles, par exemple, que vous cumulez en achetant du café au supermarché ou en voyageant, ces moyens d’échanges locaux ou dédiés peuvent orienter une partie de la consommation vers des produits bio, éthiques, durables. Ou simplement vers des biens et services échangés sur un territoire donné sans passer par la chambre de compensation européenne. A Ithaca, aux Etats-Unis (Etat de New-York), Mac Donalds a renoncé à implanter ses restaurants standardisés parce que les habitants, avec leurs hours, préfèrent acheter les hamburgers de leur restaurateur voisin.

Il s’agit rien moins que de reprendre pouvoir, en partie au moins, sur sa consommation et ses échanges. Et peut-être reprendre le pouvoir sur sa vie, ses liens sociaux...

Michel Wilson
A lire le très pédagogique Monnaies régionales : de nouvelles voies vers une prospérité durable de Bernard Lietaer et Margrit Kennedy, édition Charles Leopold Meyer.
 

Réalisé avec Spip - Gestion