Accueil
Fondamentaux
Contributions
Organisation
Lettres
Notes de lecture
ecologie solidaire
 
 
Contributions
 
La dette écologique
La dette écologique est la dette accumulée par les pays du Nord envers les peuples des autres régions, en raison des ressources naturelles qu’ils y ont prélevées pour leur propre bénéfice, ainsi que pour les dommages causés à la biosphère dans sa globalité et à l’environnement de ces régions. Il ne s’agit pas d’évaluer le coût de ces prélèvements, mais de constater les responsabilités environnementales et évaluer les obligations qui en résultent.

Prélèvement des ressources naturelles
Ce prélèvement qui a commencé à l’époque coloniale, se poursuit encore aujourd’hui avec le pétrole, les minéraux, les ressources forestières et marines, ainsi que les terres exploitées pour les agrocarburants.

Modification imposée de la production agricole
Dés l’époque coloniale, les cultures vivrières destinées à l’alimentation des populations ont été abandonnées au profit des monocultures de produits utilisés par les pays du Nord, ou ré-exportées vers le sud après transformation : café, thé, cacao, soja, etc.. Suite à la création de cette dépendance économique, s’est installée une longue période d’échange inégal. La monoculture a conduit à une diminution de la biodiversité.

Bio-piraterie
Les connaissances ancestrales sur les semences et sur l’utilisation des plantes médicinales, ont été mises au profit des sociétés transnationales du Nord. L’appropriation de ces connaissances sous forme de brevets est aussi une forme de vol.

Exportation des déchets dangereux
Le démantèlement des bateaux occidentaux comportant des substances dangereuses telles que l’amiante ou les métaux lourds, est réalisé en Inde et au Bangladesh. Les déchets électroniques sont envoyés aussi bien en Inde qu’en Chine.

La dette du carbone
La pollution atmosphérique à l’origine du réchauffement climatique, est due principalement aux émissions des pays industrialisés. Les conséquences du réchauffement (désertification, inondations, salinisation des terres ...) seront beaucoup plus graves dans les pays du Sud.

L’utilisation des armements
La vaste majorité des armes utilisées dans les guerres au Sud, sont fabriquées au Nord ou en Israël. Leur impact rend les terres où ces armes sont utilisées, inutilisables pour la production alimentaire.

Que faire ?

La reconversion écologique des pays du Nord doit être suffisamment importante pour que les pays du Sud puissent développer des activités permettant d’éliminer la faim et de fournir l’eau potable à tous.
Les réfugiés politiques et économiques qui arrivent dans les pays du Nord, ne doivent plus être refoulés, surtout quand ils sont originaires de pays où l’Occident a apporté la guerre et la dévastation.
Un audit indépendant des dettes financières des pays du Sud et une évaluation de la dette écologique des pays du Nord vis à vis de chaque pays du Sud, doivent être engagés. Une compensation et un règlement du solde par les pays ou les régions débitrices doit en découler.
Il faut mettre l‘OMC sous la tutelle de l‘Organisation Mondiale de l‘Environnement (organisme à créer).
Le commerce ne doit pas être permis si les retombées de son impact environnemental ou social sont négatives.

Muttiah Yogananthan
Bibliographie
- « La dette écologique-qui doit à qui ? », Les autres voix de la planète (trimestriel), CADTM, cadtm.org
- Vandana Shiva, La Biopiraterie ou le pillage de la nature et de la connaissance, ALiAS etc
- Damien Millet et Eric Toussaint, Les crimes de la dette et 60 questions 60 réponses sur la dette, le FMI et la Banque Mondiale", CADTM
- Diplomatie, business et dictatures, Survie, octobre 2008
- Au sujet de la « directive retour », lettre du Président Evo Morales à l’Union Européenne
- Anne-Cécile Robert, L’Afrique au secours de l’Occident, Editions de l’atelier
 

Réalisé avec Spip - Gestion