Accueil
Fondamentaux
Contributions
Organisation
Lettres
Notes de lecture
ecologie solidaire
 
 
Lettres
 
Lettre n° 12 - Avril 2009

Marquer le rapprochement
AlterEkolo et Ecologie solidaire ont engagé depuis près d’un an une démarche de rapprochement. En effet ces mouvements de l’écologie politiques sont en fait très proches. Ils sont tous deux composés de militantEs membres des Verts ou qui ont quitté ce parti. Ils participent tous deux aux rencontres de l’écologie radicale, issues du processus de Miremont ; ils sont tous deux impliqués (de façon critique comme le montre le texte ci-dessous) dans le processus de La Fédération ; celles et ceux de leurs militantEs qui sont chez Les Verts se retrouvent très largement dans les mêmes tendances.
C’est pourquoi, afin de marquer cette convergence, cette lettre est maintenant publiée sous la responsabilité commune des deux mouvements.

A propos de la Fédération
En 2008, des militant(e)s issu(e)s des Verts se sont engagés dans un projet de regroupement à la suite de l’appel lancé par Politis. L’idée d’une Fédération rassemblant divers acteurs : communistes unitaires, alternatifs, écologistes, collectifs unitaires anti-libéraux représentait un pas en avant dans la recomposition et l’espoir de contribuer utilement à l’émergence d’une nouvelle force de transformation sociale et écologiste. Les principes du pluralisme, de la double appartenance, de la recherche du consensus entre des traditions et des cultures diverses constituaient un élément essentiel dans l’idée de Fédération. Il s’agissait ainsi de démontrer dans la pratique qu’aucune organisation actuelle n’est à elle seule à même de constituer le noyau susceptible de constituer une alternative politique. De même, la méthode privilégiée a consisté à construire ensemble sans attendre de se mettre d’accord sur le projet et la stratégie en faisant le pari que les avancées communes relativiseraient les divergences existantes..
Lire la suite...

La dette écologique
La dette écologique est la dette accumulée par les pays du Nord envers les peuples des autres régions, en raison des ressources naturelles qu’ils y ont prélevées pour leur propre bénéfice, ainsi que pour les dommages causés à la biosphère dans sa globalité et à l’environnement de ces régions. Il ne s’agit pas d’évaluer le coût de ces prélèvements, mais de constater les responsabilités environnementales et évaluer les obligations qui en résultent.
Lire la suite...

Des monnaies locales pour relocaliser l’économie et réduire les effets de la crise
L’objectif de réduction de l’empreinte écologique pour les circuits courts trouve dans la crise actuelle un soutien inattendu. La méfiance qui s’est instaurée pour quelques années entre acteurs financiers amène de plus en plus d’entreprises à rapatrier leur production. D’autres facteurs pourraient jouer dans le même sens, en pénalisant la circulation des marchandises : la piraterie dans le Golfe d’Aden, la grippe mexicaine, la non qualité de certains produits chinois...
Lire la suite...

Enfermement, droits et libertés
En 1984, des militantEs découvrent avec stupéfaction qu’en France, dans le sinistre hangar d’Arenc à Marseille, des personnes sont enfermées et privées de liberté pour une durée indeterminée par simple décision administrative. Significativement, le vocabulaire officiel les désigne par une ancienne terminologie : celle du bagne et des « retenus » comme à Cayenne.
Lire la suite...

Pourquoi il faut abroger la LRU et comment y parvenir...
Le mouvement en cours dans l’Université demande l’abrogation de la LRU (Loi relative aux Libertés et Responsabilités des Universités n° 2007-1199 du 10 août 2007 [1]), même si de nombreux universitaires pensent que cet objectif est trop ambitieux. Ces réflexions visent à montrer que cette abrogation est nécessaire et que nous pouvons l’atteindre par une résistance démocratique et pacifique à l’Université, en lien avec d’autres mouvements sociaux.
Lire la suite...

Faut-il changer l’école ?
Il est fréquent et récurrent que l’on se pose la question « Faut-il changer l’école ? ». Mais présentée sous cette forme, la question de l’école donne souvent lieu à des débats sans fin. Il ne s’agit pas ici de dire que cette problématique est sans intérêt mais plutôt d’engager la réflexion sur un registre moins ouvert mais peut-être plus porteur de propositions pour l’avenir : Pourquoi faudrait-il changer l’école ?
Lire la suite...

Note de lecture
Pour une nouvelle critique de l’économie politique
En quoi le dernier essai de B. Stiegler peut-il intéresser les partisans d’une écologie « radicale » ? D’abord, parce que dans la continuité de ses recherches antérieures, B. Stiegler considère que la crise actuelle marque, non seulement l’effondrement du système financier hérité des années 80, mais plus fondamentalement l’épuisement du modèle consumériste, c’est-à-dire d’un modèle fondé sur l’exploitation de l’énergie libidinale du prolétaire comme consommateur prolétarisé.
Lire la suite...
Documents joints
  •  

    Réalisé avec Spip - Gestion